Les amitiés toxiques

Bonjour à toi !

Oui, premier article de blog et j’ai décidé de te tutoyer pour créer une proximité entre toi et moi et faciliter l’écriture des articles. En vérité, ce « tu » cache un « vous », car nous serons tous plus ou moins concernés par les sujets abordés ici, et parce que vous êtes nombreux à y participer.

Le premier thème que j’ai choisi pour inaugurer la création de ce blog est les amitiés toxiques. Tout simplement parce qu’on a tendance à parler davantage de l’amour que de l’amitié – je n’échappe pas à la règle – alors qu’il est important de savoir prévenir les amitiés devenant nocives. De plus, le nombre de témoignages m’a confirmé ce que je craignais : vous êtes beaucoup à avoir déjà connu une amitié toxique.

J’ai récolté vos avis pour construire cet article, que je nourrirai de vos propres mots tirés de vos témoignages. Je ne cite aucun nom par précaution, le respect de l’anonymat me paraît important ici.

Il n’existe pas de définition toute faite de l’amitié toxique, du moins je n’en ai pas trouvé. Le plus précis sur quoi je suis tombée, ce sont ces quelques mots pour décrire une relation, quelle qu’elle soit, toxique ou nocive : « une relation nocive est une relation dans laquelle vous êtes constamment sous pression et malheureux. » C’est loin d’être faux, mais cela me semble incomplet. Déjà parce que ce genre de relation, d’amitié plus précisément, se fait souvent insidieuse. Se rendre compte du caractère nocif de la relation peut se faire au bout d’un certain temps ; en attendant, on a tendance à nier l’évidence, à mettre sous silence les proches qui tentent de nous avertir, tant cette amitié nous tient à cœur. Tant on a foi en ces liens, qui sont parfois les plus forts. Il nous faut souvent un bon moment avant d’admettre que l’origine de ce mal-être et de cette tension se trouve dans l’amour et la confiance qu’on accorde à un être cher et omniprésent.

« Elle faisait volontairement barrage entre les autres et moi, et je ne voyais rien. »

Ce que j’ai retenu de pas mal de témoignages, c’est la notion de déséquilibre au sein de la relation. À partir du moment où tu sens que l’un des deux partis donne ou sacrifie plus que l’autre, c’est qu’une forme de domination s’installe. Comme dans tout type de relation, trouver un équilibre vertueux me semble indispensable pour l’installation d’un rapport sain. S’il existe un rapport de force, que ton ami exerce sur toi, c’est que l’amitié est en train de tourner au vinaigre. C’est que cet ami est en train d’user de ta confiance pour te modeler exactement comme il le souhaite, te manipuler à sa guise.

« Il y avait ces fois où elle aimait contrôler ce que j’aimais, ce que je faisais, ce que je pensais, parfois même inconsciemment. »

« Pendant des périodes, je ne me permettais plus de faire aucune blague, je me sentais obligée de me plier à son humeur, de peur de la froisser ou quoi. »

Ce besoin de domination provient bien de quelque chose de plus profond. De ce que j’ai pu analyser, cela est essentiellement dû à un manque de confiance. Ton ami, parce qu’il est incertain, parce qu’il ne s’aime sûrement pas, est entraîné dans son envie de te rabaisser pour se sentir supérieur. Et c’est si facile pour lui ! Tu lui dis tout, tu te confies sur tes peurs, tes incertitudes, tes doutes, et lui peut s’en servir pour être sûr de frapper là où ça fait mal. Pour être sûr que tu ne deviennes pas « meilleur » que lui. Bien sûr, l’amitié n’est pas une compétition, et il est impossible de devenir « meilleur » qu’un autre, parce que c’est un mot entièrement subjectif. Mais dans son esprit, c’est l’idée. Puisqu’il se sent mal, il n’y a aucune raison que toi tu puisses te sentir bien et en paix.

« L’année dernière j’avais pris beaucoup de poids et elle me rabaissait par rapport à ça. »

« Aujourd’hui j’ai toujours cet énorme complexe d’infériorité qui ne me quitte pas, cette voix qui me souffle toujours que je ne suis pas assez cool, pas assez grande, pas assez douée, je ne suis jamais assez rien en fait. Ce qui fait que dès que je suis amie avec quelqu’un qui semble trop cool pour moi, je me rabaisse moi-même. »

De ce manque de confiance découle la jalousie et la possessivité. Là, il faut prendre des pincettes. Il existe de la jalousie dans toutes les amitiés, c’est une des bases du rapport d’Homme à Homme ; se comparer et se concurrencer fait partie de notre quotidien à tous. En ce sens, peut-être que toutes les amitiés sont toxiques. Mais il existe quand même des extrêmes qui deviennent très handicapants et qui peuvent t’isoler du reste du monde. Qui peuvent te faire entrer dans une sorte de dépendance vis-à-vis de ton ami, parce que tu n’as plus que lui. Si ton ami, volontairement, veut faire en sorte que tu deviennes seul quand il n’est pas là, c’est qu’il s’agit de jalousie et de possessivité maladives. Ton amitié est ou devient toxique pour toi.

« Elle m’interdisait presque d’être amie avec des gens et elle me faisait la gueule dès que je restais trop longtemps avec quelqu’un d’autre qu’elle. »

« Elle souhaitait à tout prix garder le monopole sur moi. J’étais SON amie, et elle était la mienne. »

« Ça paraît ridicule mais je me suis enfermée dans une bulle qui tourne autour de cette personne. »

Quand le cercle vicieux est lancé, l’arrêter devient difficile, même si on se rend compte de la toxicité de la relation. Souvent parce que la personne en face de toi utilise ta propre culpabilité pour t’empêcher de t’éloigner. Et puisque tu l’aimes, ça marche. Tu ne veux pas l’abandonner, sans compter que cette personne a la plupart du temps beaucoup de problèmes personnels qui nécessitent un soutien. Tu ne veux pas faillir à ce devoir, alors tu restes.

« Et dès qu’il y avait les autres, elle se rapprochait de tout le monde, m’ignorait presque et m’excluait sciemment tout en me faisant culpabiliser d’actes fantômes. »

« Sa mère m’a appelée vers 3h pour me dire qu’elle avait essayé de se suicider à cause de moi. Je ne comprenais pas ce qui s’était passé et je me sentais affreusement mal de l’avoir poussée à bout à tel point qu’elle s’ouvre les veines sans savoir exactement ce qui l’aurait blessée à ce point. »

« La conversation finissait toujours par « tu ne peux pas comprendre puisque tu fais partie de ces gens qui me font mal », puis elle raccrochait. »

« Je voulais l’aider mais j’avais l’impression que c’était pire et que tout était de ma faute. »

Ton ami, sans que ce soit un critère absolu, peut aussi se montrer lunatique. C’est une caractéristique que j’ai retrouvée dans plusieurs témoignages. C’est alors encore plus difficile de cerner la relation et de prendre une décision ; cette amitié peut être à la fois géniale, fantastique, la plus intense que tu aies jamais vécu, et à certains moments elle peut te faire toucher le fond. Souvent, l’autorité est une caractéristique aussi. On t’oblige à adopter un certain comportement, et cela s’ajoute au rabaissement qui te force à te soumettre aux exigences de la personne en face de toi. Cela peut signifier changer ta personnalité, ou t’obliger à « t’écarter du bon chemin » (en t’obligeant à boire, à fumer, etc.) Il faut bien comprendre qu’un ami, dans sa définition, doit t’accepter tel que tu es. Toi, c’est précisément ce qui fait que vous êtes amis. Tu n’as donc pas à changer, du moins pas radicalement (un ami doit te faire évoluer, mais pas te métamorphoser, surtout en une personne qui ne te ressemble pas).

« Pendant des périodes, je ne me permettais plus de faire aucune blague, je me sentais obligée de me plier à son humeur, de peur de la froisser ou quoi. »

« Je me suis complètement laissé influencer et je n’étais plus moi-même. »

Parfois, ce genre d’ami est à fuir à tout prix. Parfois, il se peut qu’il traverse juste une mauvaise phase qui passera avec le temps. Dans les deux cas, il est primordial de se protéger. L’amitié, ce n’est pas se sacrifier, devenir quelqu’un d’autre, se rendre malade, s’imposer une relation pesante. Une amitié doit être légère. Si elle est lourde, il est important de s’interroger : cette relation est-elle saine, bonne pour moi ou non ? Et même si s’en détacher est difficile, et paraît parfois impossible, c’est un mal pour un bien. Ton bien-être intérieur, voilà ce qui doit être une priorité !

« Mettre un terme à ce type d’amitié est important, mais il n’est pas impossible de la reprendre plus tard. »

Je trouve que ces mots sont parfaits pour terminer cet article.

En bonus, je retranscris ici le mode d’emploi spécial « anti amitié toxique » confectionné par une lectrice :

« Il y a toujours une liste de questions que je me pose, pour savoir si une amitié est toxique :

– Est-ce que cette personne m’apporte du positif dans la vie ?

– Ai-je envie de lui parler ?

– Ai-je confiance en elle ?

– Suis-je à l’aise avec cette personne ?

– Mes paroles et actes sont-ils spontanés ?

Enfin, pour ceux, comme moi, qui ont eu une vie assez difficile et ont quelques traumatismes,

– Pourrai-je lui raconter ce que j’ai vécu ?

C’est une question très importante, car si ce n’est pas le cas, c’est que vous pensez que cette personne pourrait utiliser votre vécu contre vous. »

« Quand vous repérez une amitié toxique, n’ayez pas peur d’y mettre un terme tout de suite. Même si c’est dur, ça en vaut la peine. Tout le monde mérite le meilleur. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s